La communication avec un dominant : l’humour et autres polémiques à la con.

J’en ai déjà pas mal parlé ici, mais, décidément, l’humour semble être une pierre d’achoppement classique lorsque l’on parle de féminisme. En fait, on n’a même pas besoin de parler de féminisme : il suffit, qu’en tant que femme, on s’insurge de quelque chose qui nous porte atteinte pour que l’on soit renvoyées, une fois de plus, à notre statut de meuf pas drôle, qui fait que parler de l’oppression qu’elle subit au quotidien depuis sa naissance et qui la suivra jusqu’à sa mort (une broutille quoi !). Et si je voulais reparler de ce sujet, c’est avant tout car on m’a donné l’occasion de m’énerver toute rouge ce soir. Ce soir, une connaissance publie sur FB ce magnifique tumblr, accompagné du commentaire suivant : « humour noir… J’aime ».

Ce tumblr, tout d’abord, qu’en est-il ? Dès la première image, je suis interloquée, en fait, parce qu’en plus de répandre une haine des femmes assez évidente, ce n’est même pas drôle ! Peut-être que je suis un peu conne (voire complètement), mais il y a des planches que je ne comprends même pas. La deuxième, par exemple (que je ne reproduirai pas ici, parce que la nana (le sexisme n’est pas l’apanage des hommes, et oui) réclame carrément qu’on lui envoie un mail pour ce faire, naméoh et puis quoi encore ?), représente un homme à qui une femme prodigue une fellation, tandis qu’une autre femme pleure en arrière plan. « C’est irrespectueux » dit-elle. « Alors là, pas du tout ! C’est elle qui a demandé. » répond-il. C’est quoi le rapport ? C’est une vraie question hein, si vous avez une réponse à m’apporter, n’hésitez pas, je suis preneuse. J’veux dire, à part illustrer le fait que ce type est un gros naze ? (ce qui perso me fait moyen golri). Vraiment, je suis assez atterrée en voyant ça, en même temps je me dis « Si tu devais traquer tous les connards et connasses qui sévissent sur les internets tu serais pas rendue ma pov’ Loulou ! » Je vous passe donc ma nausée devant la planche qui relate une agression physique, ou encore mon haussement de sourcils gêné quand l’auteure verse carrément dans le pipi-caca-prout (mais sous la forme de menstruations, parce que c’est trop dégueuuuuuu haaaaa mondieu quelle horreur !! du sang qui sort de la chatte pfff roh lol), tout ça sur un air badin du meilleur effet. Finalement, on aurait pu en rester là, sauf qu’en féministe forcenée que je suis, je n’ai pas pu m’empêcher de dire ce que je pensais de cet « humour noir » (encore mes hormones qui devaient me jouer des tours).

« Tiens, c’est marrant, perso j’aurais plutôt dit « humour sexiste ». M’enfin, chacun ses goûts ! 😀  » (vous avez vu : j’ai même mis un petit smiley, histoire de faire comprendre que mon but n’est pas de mettre à l’index la connaissance qui partage, un garçon au demeurant fort sympathique mais qui des fois ne réfléchit pas assez avant de parler, preuve à suivre). Bon voilà, je m’attends à être ignorée (ça arrive souvent), voire censurée (ça arrive aussi), au pire à me retrouver en butte au fameux « holala, pas d’humour, pas de second degrés ! ». Résultat :

et si vous regardiez un peu l’humour pour l’humour on aurait pas des polémiques à la con et on pourrait rigoler tous ensemble….

Oui. Comme vous en ce moment-même (j’en suis sûre), j’ai été sidérée. J’ai écrit une dizaine de réponses dont je n’étais jamais satisfaite, les effaçant tour à tour, allant du plus trivial « t’es con » au pavé le plus abscons (rime suffisante). Finalement, aucune solution n’était idéale, le format du commentaire FB n’était pas adéquat pour ce que j’avais en tête. Du coup, drame : j’écris cet article. Re-drame : vu que je suis une lettreuse je pars en explication de texte de cette réponse.

  • Déjà, le « vous ». C’est qui ce « vous » ? (j’étais la première commentatrice) Les femmes ? Les féministes ? Les personnes oppressées ? Quoi qu’il en soit, parfait exemple de généralisation (qui rime aussi avec con, mais ça fait une rime pauvre), comme si ma voix représentait celle de toutes les femmes, ou de toutes les féministes. Je n’ai pas cette prétention : ma voix ne représente que moi, je ne suis pas la porte-parole d’un mouvement ou d’un parti politique, mes propos n’engagent que moi.
  • Ensuite, « l’humour pour l’humour ». Je l’ai déjà dit : je n’ai pas trouvé ce tumblr drôle. En sous-entendant que si je laissais mes combats au placard je trouverais ça drôle, cet homme renie ma subjectivité. En gros : s’il trouve ça drôle, alors tout le monde doit trouver ça drôle, si tel n’est pas le cas c’est qu’on n’a pas compris, qu’on est coincé.e.s, qu’on est trop con.ne.s, etc. A aucun moment il n’y a remise en question de son avis tout-puissant. C’est catégorique. Il y a également déni de la portée politique de l’humour : oui, l’humour peut avoir des conséquences. Ainsi, à force d’entendre des blagues sur les blondes depuis leur plus tendre enfance, certaines femmes blondes ont fini par les intégrer, par s’auto-vanner du genre « haha mais tu comprends j’suis blonde aussi ! » Hilarant. De façon plus générale, les femmes vont se croire plus dépendantes émotionnellement et plus jalouses que les hommes car on leur a servi des modèles du style Alexandra Lamy dans « Un gars/Une fille ». La nana insupportable, qui flique son mec en permanence. Le gène de la jalousie ou de la dépendance émotionnelle ne se trouve pas dans les couilles ou les ovaires, en fait, SCOOP, il n’existe pas ! Ça marche avec toutes les oppressions en fait, notamment pour le racisme. Donc, oui, je prends l’humour pour l’humour, à savoir une arme qui peut faire énormément de mal aux gens.
  • Puis, « polémiques à la con ». Haha ! Encore une fois, déni de mon ressenti : même si je pense qu’un débat vaut la peine d’être mené, mon interlocuteur ne le verra que comme une « polémique à la con », un truc dont on se fout, qui ne touche personne, anecdotique. Je te le concède, en tant qu’homme blanc, je doute que tu aies à pâtir du sexisme ou du racisme de notre société, ce n’est cependant pas une raison pour dénigrer tout ce qui ne te touche pas. Je me sens infantilisée par cette expression, parce que c’est sous-entendre que c’est un caprice de ma part et que les vrais sujets ne sont pas là. Mais où avais-je la tête ? Je n’ai vraiment rien compris à la vie, heureusement qu’un homme est là pour me remettre dans le droit chemin ! (second degrés humour tout ça tout ça, bien sûr) Petit tip relationnel : même si on s’en branle de ce que dit quelqu’un, le minimum du respect c’est de ne pas lui dire (à part si on veut faire souffrir la personne bien entendu, dans ce cas foncez les gens !)
  • Enfin, « on pourrait rigoler tous ensemble ». Le clou du spectacle ! J’insiste bien sur le verbe « pouvoir », employé ici au conditionnel. Comprenez : si on peut pas, c’est votre faute à vous les gens jamais contents. Imaginez : ‘tain Christiane tu fais chier avec tes histoires de racisme, nous ce qu’on voulait c’est rigoler tous ensemble, tu vois c’est toi qui te ghettoïse en voulant pas te bidonner quand on te vanne de guenon. Vraiment aucun humour quoi ! Même si je ne venais pas faire chier pour des histoires de sexisme, non, on ne rigolera jamais « tous ensemble » face à un tumblr ou une blague sexiste/raciste/homophobe/etc., tout simplement car il s’agit d’un « humour » excluant. Il a pour vocation de faire rire les dominant.e.s et, par un tour de passe-passe assez vicieux et néanmoins remarquable, réussit même parfois à faire rire les personnes qu’il cible. Moi-même j’ai ri à des blagues sexistes, jusqu’au jour où j’ai réalisé que ces blagues étaient un instrument de la domination des hommes sur les femmes. Qu’elles entretenaient la faible estime que certaines femmes ont d’elles-mêmes et qu’elles n’encourageaient pas la sororité, bien au contraire.

En conclusion, je ne veux pas stigmatiser les personnes qui trouvent cet humour drôle, chacun ses goûts après tout, je le disais dès mon premier commentaire. En retour, j’apprécierais assez qu’on ne vienne pas juger mon combat, mes idéaux et mon sens de l’humour. Et, si l’on n’est pas d’accord avec moi, qu’on en demeure pas moins respectueux.se : affrontement sur les idées, oui ; sur les personnes, non. A l’homme qui a partagé ce tumblr : j’espère donc que tu comprendras que ce n’est certainement pas ta personne que j’attaque dans ce billet, seulement cette petite phrase qui a eu le don de beaucoup m’énerver, pour les raisons sus-mentionnées.

Sur ces bonnes paroles, je vais aller boire des verres et je vous embrasse.

Ne vannez jamais une féministe (on vous avait prévenu.e.s aussi) ! 😛

LL

Ah oui, et si vous vous dites que je dois bien me faire chier dans ma life et que vous vous demandez ce qui me fait rire comme une baleine (best blague 1995), bin par exemple le dernier truc qui m’a fait pleurer de rire c’est une enquête de Baborlelefan. Enjoy 😉

Publicités

7 réflexions sur “La communication avec un dominant : l’humour et autres polémiques à la con.

  1. J’ai parcouru plusieurs pages de ce tumblr, et il me semble que pas mal de dessins se moquent de l’absurdité qui sévit un peu partout (par exemple il y a un dessin où on voit un artiste couvert de son sperme avec la main dans l’anus d’un cochon, en train de déclamer des dates de grandes batailles françaises, et on peut lire : « Performance = faire n’importe quoi sous couvert de l’art »).
    L’humour noir est bel et bien là par endroit (par exemple dans les vignettes :  » Ton sac est hyper doux, on dirait de la peau de bébé, qu’est-ce que c’est? » « De la peau de bébé ! » ; « J’ai encore trouvé un bébé dans les lasagnes ! » ; ou encore « Jérémy, je ne veux pas que tu joues avec les chatons, ils sont trop petits ; prends celui-ci, il est déjà mort? »).
    Je suis assez ambivalente, en fait. Dans certains dessins j’ai l’impression que le dessinateur se moque clairement du sexisme beauf mais d’autres sont clairement limites. Le dessin où on voit par exemple une fille nue, séquestrée dans une cave, avec un type en train de remonter sa braguette et qui dit « Bon, Cynthia, demain, même heure ! » me met très mal à l’aise. En fait, ce qui me dérange, c’est que tout est traité à la même enseigne : on ne peut pas rire du sexisme, de la violence conjugale et du viol comme on peut rire du fait de manger des bébés ou des rites sataniques avec sacrifices de chats, car dans un cas, on a affaire à une oppression réelle et institutionnalisée, et de l’autre, on est dans le fantasme ou l’anecdotique. Pour moi, il y a un manque évident de discernement quant aux sujets choisis, et dans la façon de les traiter. Ajouté à ça, comme toi, j’ai trouvé certains dessins très opaques. C’est parfois brouillon, et très pipi-caca.
    Ce qui est navrant, c’est quand une personne, à l’instar de ton contact facebook, n’est pas foutue de faire la différence entre ce qui prête à rire, et ce qui doit être pris au sérieux.

    • Je dois bien avouer que je ne suis pas allée plus loin que la première page… Je suis très d’accord avec ça : « En fait, ce qui me dérange, c’est que tout est traité à la même enseigne : on ne peut pas rire du sexisme, de la violence conjugale et du viol comme on peut rire du fait de manger des bébés ou des rites sataniques avec sacrifices de chats, car dans un cas, on a affaire à une oppression réelle et institutionnalisée, et de l’autre, on est dans le fantasme ou l’anecdotique. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s