La violence ordinaire.

Entreprise délicate s’il en est, que de faire comprendre à ses proches que cette réflexion si drôle est en fait un acte de violence qui me blesse profondément. Je veux que les personnes impliquées comprennent qu’il ne s’agit pas d’une attaque personnelle et étant donné que je suis une personne intelligente je ne tiendrai pas (trop) rigueur. Je ne me sers de cet exemple personnel que pour démontrer un point de vue plus large. Je suis désolée par avance si je blesse la sensibilité d’untel ou untel, sachez que la mienne aussi en a pris un coup.

L’exemple personnel. Ce week-end, lors d’une soirée, le compagnon d’une amie m’a fait tomber. C’est-à-dire qu’il m’a attrapée par les bras et, sciemment, m’a poussée jusqu’à ce que je me retrouve à terre. Puis, alors que je lui demandais s’il était fier de lui, d’avoir réussi à faire tomber une personne plus petite et plus faible que lui, il a répondu : « C’était pour te remettre à ta place ». Apparemment, je devais donc être « remise à ma place ». Quelle est-elle, cette place, au juste ? Au sol, dans la poussière ? Ou peut-être bien dans la cuisine ? Dans le lit d’un homme, silencieuse et soumise ? Interrogé un peu plus tard par mon amie au sujet de cet événement, le jeune homme en question était interloqué : « On rigolait… »

Le point de vue plus large. Voilà bien le fond du problème ! Tant que les hommes seront persuadés que cela fait rire les femmes d’être humiliées, moquées, interpellées en permanence à propos de leur militantisme féministe, bien sûr nous n’irons pas bien loin. Oui, nous sommes féministes. Quand nous sommes en soirée avec des amis, nous aimerions pouvoir oublier les raisons qui nous poussent à l’être, du moins pour quelques heures. Ces hommes qui se croient drôles en balançant des blagues sexistes devant nous et en attendant notre réaction le sourire aux lèvres se conduisent très clairement comme des connards en faisant ça. Attention, je n’ai pas dit que ce sont des connards, j’ai dit qu’ils se comportaient comme tels. Comme des connards et même pas originaux en plus : vous croyez réellement que vous êtes les seuls à avoir la magnifique idée de nous provoquer à ce propos ? Quand j’entends que l’on me présente en disant « Tiens, elle c’est la féministe de la bande » et que cela suscite des sourires entendus, du genre « Haha, on va bien se marrer », j’ai juste envie de me casser en fait. Ça ne me fait pas rire. J’ai envie d’interpeller les gens : « Mec, je ne suis pas ta pote, on se connaît pas, donc tes blagues de merde tu les gardes. » Bien sûr, une femme qui dit ça, ça fait encore plus rire. Alors je me tais, et je patiente. Et bien sûr que nous réagissons quand on nous cherche, même si ça ne sert à rien. Et bien sûr que nous nous sentons humiliées quand nous nous retrouvons par terre, dominées par la grandeur de la personne en face de nous, debout. Sérieusement, c’est quoi ce truc de faire tomber les gens ? Hormis l’humiliation, quel est le but recherché ? Vous avez déjà vu deux potes se faire tomber en soirée, comme ça ? (j’veux dire, depuis qu’on n’a plus 18 ans).

Alors, oui, vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais quand vous faites des réflexions incessantes, quand vous utilisez la force physique pour illustrer votre point de vue, vous faites preuve de violence sexiste. Violence ordinaire presque, puisque tellement acceptée par la société. Vous pensez que vous n’êtes pas sexistes parce que vous « aimez » les femmes, parce que vous respectez votre compagne, parce que vous ne pensez pas réellement ce que vous dites ? Remettriez-vous « à sa place », en la faisant tomber, une personne noire par exemple ? Ne trouveriez-vous pas ça raciste ? Pouvez-vous nous traiter autrement que comme des individus sexués ? Si la réponse est non, inutile de nous parler, vos idées ne nous intéressent pas. Posez-vous la question, sérieusement : « Est-ce que je pense que la personne en face de moi est différente parce que son sexe est différent ? » Si la réponse est oui, alors permettez-moi de vous dire que vous avez tort. Nous ne vous jugerons jamais sur votre sexe, votre couleur de peau ou de cheveux, votre orientation sexuelle, s’il vous plaît, faites de même. Et si cela vous semble trop compliqué, alors ne nous parlez pas.

Réfléchissez avant de parler, avant d’agir.

Bisous.
LL

Publicités